Article

Plaque dentaire et cancer - Etude suédoise 2012

Les patients qui ont de la plaque dentaire sont plus susceptibles de mourir d'un cancer

 

 

plaque dentaire.jpg

 

by Dental Tribune International

HUDDINGE, Suède : Des chercheurs suédois ont trouvé que la plaque dentaire pourrait être un facteur de risque de décès prématuré dû au cancer. Dans une étude publiée récemment, près de 1400 participants avaient été observés. Les chercheurs ont trouvé, une santé dentaire moins bonne chez les sujets qui, 24 ans après l'examen dentaire de référence, étaient morts de tumeurs malignes.

 

En 1985, des chercheurs de l'Institut Karolinska, une université médicale en Suède, ont examiné l'état de santé bucco-dentaire de 1.390 Suédois, âgés de 30 à 40 ans. 724 femmes et 666 hommes ont été choisis au hasard à partir d'un fichier de registre de tous les habitants du comté de Stockholm. Les participants n'avaient aucun signe de parodontite, mais certains avaient des niveaux substantiels de plaque sur les surfaces des dents.

En 2009, 4,2 pour cent des sujets (58) était morts de différents types de cancer. Les chercheurs ont observé chez les victimes du cancer un état de santé dentaire très inférieur. Dans l'ensemble, ils avaient une plus grande quantité de plaque dentaire, d'inflammation gingivale et de tartre dentaire.

Les chercheurs ont constaté que les survivants avaient des valeurs moyennes de plaque dentaire plus basses. Alors que ce groupe affichait des indices de plaque dentaire entre 0,66 et 0,67, des valeurs comprises entre 0,84 et 0,91 ont été relevées chez les participants qui étaient morts d'un cancer dans la période de suivi.

Les chercheurs ont aussi constaté qu’un nombre plus élevé de femmes étaient en vie à la fin de l'étude. Une tumeur maligne du sein était, dans la plupart des cas, la cause de décès parmi les 22 femmes décédées. Parmi les 36 hommes décédés, le diagnostic des différentes tumeurs malignes était varié.

Selon les données démographiques en Suède, les chercheurs ont estimé que l’espérance de vie des femmes décédées dans l'étude était de 13.1 ans de plus et celle des hommes, 8.6 ans de plus. Ainsi, ils ont conclu que les décès pouvaient être considérés comme prématurés.

L’étude a été menée en collaboration avec l'Université d'Helsinki. Elle a été publiée en ligne le 11 juin dans le BMJ Open journal.

 

Article rédigé par le praticien le 02/04/2018

Fiches conseil

Plus de 200 articles illustrés pour en apprendre plus sur l'hygiène et les soins buccodentaires.

Vidéo pédagogiques

Pour comprendre les soins buccodentaire en images 3D animées de façon ludique.

Où sommes-nous

Notre adresse : 26, rue Marbeuf - 75008 PARIS

Lettre d'information

Restez en contact et informez-vous des dernères actualités de votre cabinet dentaire.